Tropicana d’Haïti: les secrets d'un orchestre de 55 ans

Tout le monde sait que les tubes de Tropicana dont Adrienne, Lute pou rive, Superstition…sont nombreux et font danser aujourd’hui encore toutes les générations. C'est un groupe qui culmine en moyenne 200 prestations sur 365 jours. C’est une institution qui embauche d’autres ressources humaines en addition aux musiciens…Dans le cadre des 55 ans de cette légende, on s’est plutôt intéressé à ce qui se passe dans la cuisine.

Étant donné que toutes nos requêtes formelles, classiques, pour nous entretenir avec l’orchestre Tropicana d’Haïti ont été soldées par une sorte de fin de non-recevoir, on a donc décidé de faire une intrusion dans leur repère Port-au-Princien sis à Delmas.

A 3heures p.m, le samedi 18 août 2018, l’ensemble de l’équipe était encore endormie. Ils essayaient de se remettre de la fatigue de leur prestation donnée la veille à Petit-Goâve afin d’être au top pour celle prévue dans la soirée avec Rutshelle Guillaume.

Une fois sur les lieux, on a constaté que pour faire partie de ce groupe de 55 ans, il faut s’adapter à une rigueur à faire pâlir un moine bénédictin ou un soldat de l’armée des Etats-Unis. Ils ont en moyenne 200 prestations par année. Pas besoin d’être Einstein pour comprendre que ça fait presqu' au moins une représentation ou deux chaque semaine tant en Haïti qu’à travers le monde.

Pour avoir la chance de voir Tropicana se produire quelque part, il faut réserver au moins une année à l’avance. De plus,il faut se mettre en tête qu’il peut être difficile de le booker en décembre et en été. A pareilles époques, l’orchestre a des prestations dans des endroits fixes depuis plusieurs années.

Ce qui peut paraître surprenant, c’est que la ville du Cap se plaint souvent de ne pas le voir se produire assez. Chaque année, mis à part leur quatre rendez-vous fixes qui sont le 6 janvier, la fête des mères, le 23 juillet et leur anniversaire le 15 août, il peut s’avérer impossible de les voir se produire dans leur fief.

Sous notre insistance, l’un de leur pianiste Jude James Joseph qui a intégré le groupe depuis 1986 plus connu sous le sobriquet de Bouboute déclare et on acquiesce volontiers : « Il ne faut pas être trop porté sur le sexe sinon c’est perdu d’avance ». Il conseille même aux jeunes qui envisagent d’intégrer ce groupe, qui est rarement en congé, d’avoir une vie saine. Il entend par-là une vie de famille. Il ne faut pas croire que ces gens, qui vivent entre deux avions ou qui sillonnent notre république dans leur long bus avec l’effigie de l’orchestre, courent tous les clubs de strips ou inséminent toutes les femmes qui leur passent autour. Plus loin, l’homme qui a rêvé d’une carrière en musique classique a avoué que des sanctions sont prévues pour ceux qui auraient raté un concert ou qui s’y seraient pointés en retard sans préavis ou une justification fiable.

Johnny Stiven, guitariste et administrateur adjoint, explique qu’il est presqu’impossible pour qu’un musicien de l’orchestre ait une autre occupation. Entre nous soit dit, pourquoi avoir une occupation secondaire si on est rémunéré régulièrement et qu’on recevra une pension pour assurer ses vieux jours au sein d'une institution? Et oui ! Les 19 membres actifs âgés entre 20 et 75 ans et les retraités dont Jordany Joseph, Rénold Noël, Icher Abraham et Smith Vixamar perçoivent régulièrement leur paie.

Selon les deux musiciens, c’est le Nous qui est primé au sein de Tropicana. L’orchestre n’appartient à Personne. Qu’on soit Ti Blan ou Pelota, tout le monde est passible d’une sanction en cas de mauvaise conduite.

En ce qui concerne la composition des musiques, c’est un travail d'équipe depuis le départ de Daniel Larivière, l’une des meilleures plumes dans l’épopée du groupe. Chacun apporte du sien dans le konbit.

À la question « Tropicana est plus vieux que le konpa alors dans quelle catégorie placer sa musique exactement » ? Nos deux interlocuteurs ont expliqué que leur orchestre a vu le jour à une époque où tous les groupes exploraient le fonds bien garni du terroir haïtien. « Ce que Nemours a fait, explique Bouboute, c’est d’avoir décidé de désigner par ''konpa'' une certaine modification qu’il a portée dans la façon de taper sur le tambour ». Une fois que tous les groupes ont prêté allégeance à cette modification, chacun a décidé alors de l’adapter à sa manière. Par exemple, Coupé Cloué a fait le konpa manba tandis que Tropicana a fait le konpa rousi.

Stivens explique que le konpa rousi renvoie au fait qu’il y a une volonté de l’orchestre de proposer un konpa qui se veut le plus agréable que possible à l’image de la viande qu’on roussit dans la poêle. « Dans la culture Capoise, explique-t-il, la viande roussie à l’aide du zest d’orange sure et de pate de tomate est très prisée ».

Quid de la compétition avec Septen.

Quand Tropicana a été fondé, l’orchestre Septentrional comptait déjà 15 ans de fondation. Pour faire parler de lui, le jeune groupe a donc osé s’attaquer au doyen qui, en ripostant, a inauguré de fait le challenge qui existe depuis. Selon Bouboute et Stivens, entre les deux groupes, il existe une rivalité saine. « C’est notre grand frère », confient-ils tous les deux.

Bouboute explique que les deux groupes ont accepté de jouer une seule fois dans une salle de cinéma mythique du Cap-Haïtien dans le cadre d’une levée de fonds au profit des sinistrés d’un cyclone qui avait dévasté cette ville. « A part ça, jamais les deux formations capoises n’ont partagé une seule et même affiche. Je ne pense pas que ça soit de la faute de l’un ou de l’autre. Il faut juste qu’un promoteur décide de le faire et je crois que cela se fera. Je suggère en mon nom personnel que ce concert soit repris au moins dans tous les départements du pays » suggère le pianiste. Son jeune collègue estime que selon lui les deux groupes sont assez ouverts pour un tel tandem.

55 ans ça se fête toute l’année

La tournée commémorative des 55 ans a été lancée le 13 août dans un concert qu’ils ont donné sur le plus beau boulevard Haïtien. Il s’agit du boulevard qui longe la baie du Cap-Haïtien. D’autres dates sont prévues aux quatre coins du pays et dans la diaspora jusqu’à la fin de l’année. En Octobre, le groupe s’offrira quelques jours de congé bien mérité. Entre-temps nous disons « Bonne fête Tropic ! »

Chancy Victorin


6 views0 comments

Recent Posts

See All

Randevou Chanpèt

Pèleren ,bon vivè yo Fanatik , djo kannenl yo Vini pou n selebre Chanpèt la rive Melomane,bon vivè yo Fanatik byen soude Fó n remesye bon sen yo Ki te fè n faveu Peleren ,bon kwayan yo Sevite angaje V

Rekonsilyason

Cherie Nap rekonsilye jodia Chouchou mwen M retounen a ou jodia Sa k te pase nou an Pat dwe rive juske la Tout moun konnen Renmen konn gen ti fache Jezu Kri te pardone Se pa antre nou Pou pa gen pardo

Tribulation

La vi a genyen de pwoblem Yon moun pap janm kap fi n konprann Gen de bagay ou gen kap pase w Si w pa gen tet Ki kab fè ou fè mal Leu m te pitit Mwen te lakay manman mwen Mwen te konn fè sa mwen vle P

Copyright by Orchestre Tropicana d'Haiti.-2018